An old UFO: under petticoat

/!\ UNFINISHED OBJECT BEING FINISHED /!\

Il y a à peu près un an ou deux j’ai commencé un jupon de grande circonférence pour pouvoir l’utiliser avec des costumes de plusieurs périodes historiques. Pour le tissu j’ai choisi un vieux drap assez rêche et très taché (tâches de rouilles, de soleil et des points d’usure) parce que c’était tout ce qu’il me restait mais j’ai prévu de le teindre avec du thé ou du café, alors j’espère que les tâches se verront moins. Après, c’est un jupon donc on ne le verra pas forcément.

J’ai commencé par faire la bande du bas, assez longue (et même pas assez car j’ai du en refaire deux fois) que j’ai crantée des deux côtés sur toute la longueur. J’ai ensuite cousu cette bande de dentelle pêche en plastique (achetée en chine) avec un ruban. C’est cette bande que j’ai ensuite plissée de cette manière tout le long de la circonférence du jupon (le gros tube assemblé entre temps). Pour l’attacher j’ai mis une autre bande de ruban que j’ai cousue de chaque côté, à la machine cela dit.

A year or two ago I started a large petticoat so that I would be able to use it for more than one type of costume. The fabric is some old rough stained sheet (rust stains, sun stains, and some signs of wear) because it was the only thing left but I’m counting on dying it with tea or coffee, so that the stains would be hidden a little bit. But it’s a petticoat, so in the end it’s hidden anyway.

I started with the bottom part, a very long rectangle of fabric (even not long enough since I had to make more twice) that I notched on the sides. I then added this peach plastic lace that my mom had bought in China for nothing with a ribbon. It’s this whole that I then pleated at the botton of the petticoat to add some fluff to the skirt. To attach this ruff, I used a second ribbon. Everything was machine sewn.

image

Comme j’avais "coupé" qu’un gros tube pour faire ce jupon, je me suis dit que quitte à un faire un bon, autant en faire un utilisable pour plusieurs périodes historiques: j’ai donc coupé une ceinture en triangle dans le dos pour lui donner une "traîne" (pour les robes Edwardiennes) qui portée sur un faux-cul redonnerait une longueur égale au jupon (pour les robes 18è).

Pour les plis, j’ai décidé de faire ça bien avec des épingles aussi (mon pouce doit se reposer un peu maintenant) et faisant bien attention de consacrer autant de tissu pour le dos et le devant. J’ai du recommencer quelques fois mais ce n’était pas si difficile à faire et le résultat est plutôt très satisfaisant!

As I had "cut" a very large tube for this petticoat, I thought that it would be nice to make a petticoat that I coud use for different historial periods: hence the triangular shaped skirt belt in the back to make some sort of train (for Edwardian garments). Once it’s worn on a rump or something the petticoat will have the same length everywhere (for Gorgian garments).

For the foldings, I decided to do it nicely with pins (my thumb is completely numb from the pain) while being careful to what amount of fabric is dedicated to each side of the skirt. I had to start everything numerous times but in the end it was not so difficult to put together and the result is quite nice!

image (1)

Après deux passages à la machine à coudre pour sécuriser le poids du tissu à la taille, un revers à la main, et la pose de deux agrafes, le jupon était fini. Je me sens comme une princesse dans celui-là, et je suis super contente de mon travail. D’habitude on dirait des poulpes morts, mais là il a de la gueule.

After sewing two lines with the machine to secure the weight of the fabric onto the belt, some whip stitching and two hooks on the side, the petticoat was finished. I feel like a princess when I’m wearing this one, and I’m extremely happy with my work. Usually they look like dead skids, but this one has class.

image (3)

(Je m’excuse pour le bordel environnant, mais je viens de déménager…)

(Sorry for the mess, I just moved from my flat in Pariss…)

 

18th century Riding Habit

Je pense que je vais laisser de côté mon projet "Reception Gown", parce que je suis plutôt d’humeur XVIIIème siècle… Et en allant de blog en blog pour admirer le travail de couturières dans le monde entier, je suis tombée sur le riding coat de American Duchess.

I think I’m going to put aside my "Reception Gown" project for now, because I’m more in the mood for 18th century clothing. While surfing from blog to blog I stepped upon American Duchess’ blue riding coat.

habit shirt 3414 (3 of 3)

L’association de couleurs est parfaite et en plus j’adore le bleu et le crème. Je vais donc partir sur ces couleurs là, surtout comme j’ai une tonne de velours qui me reste encore de ce qu’on avait acheté pour la robe 1660.

The color association is perfect and moreover I love blue and cream. So I’m going to go for those colors too, especially since I still have some velvet left from the 1660’s dress I made a couple years ago.

Il y a plein de possibilités pour le riding coat. Soit un gilet long sous la redingote, soit court.

There are a lot of possibilities concerning the riding coat. Either a long skirted waistcoat, or short skirted/skirtless.

479px-Antoine_Pesne_hofdame_

1785-José_Campeche_-_Dama_a_caballo 2006BG1872_jpg_l B2001.2.27 479px-Jane_Duchess_of_Gordon_in_green_riding_dress_by_Daniel_Gardner_around_1775

J’ai jeté mon dévolu sur le court. Si un jour j’ai envie d’un long je ferais un gilet long, eheh. En tout cas, voilà les modèles sur lesquels j’ai flashé. Finalement, je flashe toujours sur des modèles fin XVIIIème. Celui sur lequel j’ai jeté mon dévolu date de 1780 à peu près. C’est un tableau de Joseph Campeche:

I fell in love with the skirtless waistcoat. If I want a long skirted waistcoat someday I will make one, eheh. Anyway, here are models that I find quite beautiful. I usually (more like always) go for those end of the 18th century styles. The one I’m going to make dates from 1780. It’s a portrait by Joseph Campeche:

1785-José_Campeche_-_Dama_a_caballo

Le gilet est à double boutonnage, et il y a trois petits boutons sur les manches aussi. J’ai peut être quelques boutons argentés décorés que je pourrais utiliser… Il faut juste que je vérifie si j’en ai assez. Si non, alors je ferais des boutons couvert de soie crème.

The waistcoat is double breasted and there are buttons on the sleeves too. I might have some silver decorated buttons I could use.. I just have to check if I have enough. If I don’t, then I will try and make silk covered round buttons.

Comme j’ai déjà le tissu c’est parfait, et ma mère a apparemment de la soie crème que je pourrais utiliser pour les revers. Pour ce qui est de la jupe, je pense que je finirais d’assembler les deux jupes Zara superbement brodées que j’ai acheté pendant les soldes justement pour faire une jupe à utiliser avec plusieurs robes/caracos. Je chercherais des patrons de gilet sur le net et l’adapterais pour former ce col plié. Pour la veste, je verrais avec ce que je peux trouver dans les Janet Arnold. Voilà Voilà!

As I already have the fabric it’s perfect, and my mother has some cream silk I could use for the collar. Concerning the skirt, I need to assemble the two skirts I’ve bought at Zara’s especially for that purpose: so that I can use it with numerous dresses. I’m going to search for waistcoat patterns on the internet and then will adapt it for the collar. As for the jacket, I will see what I can find in Janet Arnold’s books.

Indiens des plaines

Aujourd’hui, je suis allée voir l’exposition Indiens des Plaines au musée du Quai Branly à Paris. Cette exposition rassemble œuvres d’arts, objets, habits et offre donc une vision sans précédent de la splendeur et de la continuité des traditions esthétiques des populations amérindiennes du 16ème au 20ème siècle.

indiens_des_plaines_800x600

Voici la présentation que l’on peut trouver sur le site du musée avec la bande annonce de l’exposition (que je conseille vivement!)

En 1699, se tient la première exposition de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture au Louvre. Presque simultanément, un artiste anonyme inoka (Illinois) de la haute vallée du Mississippi, à l’est des Grandes Plaines, crée une robe peinte magnifique. Acquise par des voyageurs français qui se trouvent alors dans la région, rapportée en Europe, elle fait aujourd’hui partie de la collection du musée du quai Branly. Elle est présentée dans l’exposition, qui célèbre la créativité de 135 artistes des Grandes Plaines d’Amérique du Nord, connus ou anonymes, de la période antérieure aux premiers contacts avec les Européens – au début du 16e siècle – jusqu’à nos jours.

Dans le contexte de bouleversements culturels fondamentaux, les artistes des Plaines n’ont jamais cessé de créer des œuvres remarquables par leur inventivité et leur qualité technique. Elles témoignent d’une relation profonde et dynamique avec la terre et le ciel, le monde naturel et l’univers spirituel. Elles transcendent les frontières culturelles et frappent par leur beauté, leur mystère et leur expressivité.

L’art des Plaines s’est nourri d’un cadre géographique exceptionnel par sa splendeur et sa rigueur. Longtemps considérées comme le grand désert américain, ces vastes plaines de l’Ouest s’étendent des provinces canadiennes de la Saskatchewan jusqu’au Texas, et du bassin du Mississippi jusqu’aux Montagnes Rocheuses.

La culture des Plaines a regroupé des peuples d’origines diverses : semi-nomades vivant dans des tipis, et sédentaires pratiquant la chasse, la pèche et l’agriculture. Après l’introduction du cheval par les Espagnols, le nomadisme s’est généralisé. Du 18e siècle jusqu’aux années 1870, cette légendaire culture s’est épanouie, identifiée à ses cavaliers chasseurs de bison, archétypes de l’Indien, dont la silhouette intemporelle habite la mémoire du monde.

Today, I went to see the "Indiens des Plaines" exhibition in Paris at the Musée du Quai Branly. This exhibition gathers art, objects, clothes and offers us a vision of the splendor and the continuity of Native American tradition from the 16th century to the 20th century.

Ce qui m’a le plus plus dans l’exposition, c’est le travail et la minutie consacré à chaque vêtement qui était exposé. L’exposition commençait par des objets plutôt récents, tels que ce masque de cheval, cette robe d’indienne et ces chaussures Zanotti ouvertement inspirées des travaux de perles que l’on peut observer sur les habits plus anciens par la suite.

What really impressed me was the pearl work on most of the clothes. The exhibition started with quite recent pieces, like this horse mask, this woman’s dress and these Zanotti shoes obviously inspired from the Native American pieces we would see later on.

IMG_1834 IMG_1836 IMG_1841

Une pièce plus tard, je suis tombée sur ces petits bijoux là: des souliers de femme datant des années 1920. Ce qui est intéressant ici, c’est de voir comment les Indiens (peuple plutôt maltraité par la civilisation européenne venue s’installer au Etats Unis) ont pris une paire de chaussures de la civilisation occidentale et en on fait un objet de leur culture très reconnaissable. Le mélange des deux rend plutôt bien d’ailleurs, étant donné que les perles étaient aussi utilisées pour décorer les chaussures de manière générale (moins colorées, certes). Ce que je trouve encore mieux, c’est que ces perles venaient de la culture occidentale! Elles sont apparues dans la civilisation amérindienne avec les échanges effectués (bon-gré/mal-gré) avec les colons. Et de voir comment ceci est devenu un trait de leur esthétique est bluffant!

In the next room, I stumbled upon these little babies: women’s shoes dating from the 1920’s. What’s interesting here is how they managed to mix both cultures very well and make something so beautiful. I thing these "occidental" kind of shoes and the pearl work that is so specific to Indians really work well together, considering the fact that pearls were already used to decorate shoes. What I find even better is that those pearls come from the occidental culture! They appeared on Native American objects when they started exchanging things for them with the settlers. And to see that these pearls became a trait of their aesthetic is amazing!

IMG_1844

En parlant de ce mélange des cultures pour le moins fascinant, ce que j’ai pu remarquer aussi, c’est que sur certaines pièces on retrouve les coupes des vêtements (ou accessoires). Cela ce voit beaucoup dans cette veste datant de 1840 si je ne me trompe pas, ou la coupe dans le dos ressemble énormément à tout ce que j’ai pu voir.

While talking about this mix of cultures, I spotted another thing: on some pieces we can recognize the cuts of clothes that are specific to certain periods. This man’s jacket dates back to the 1840’s if I’m not mistaken and the cut of the back resembles a lot to everything that I might have seen.

IMG_1853 IMG_1854

Cette valise là est l’objet le plus travaillé et le plus beau que j’ai vu. Elle a été entièrement décorée par une femme pour sa fille Josephine Gates en l’honneur de son diplome qu’elle venait de recevoir dans une des premières universités pour les Indiens. Les scènes sur les côtés de la valisette représentent l’histoire de ses deux familles réunies.

This little luggage is the most ornate object I’ve seen. It has been completely decorated by a woman for her daughter Josephine Gates, to celebrate her graduating from one of the first Native American Unis. The scenes on each side of the luggage represent the history of her family (on both sides).

INDIENS2_VALISE_0

Voici quelques autres pièces marquantes de l’exposition que je souhaitais partager: des manchettes de danseur (1925), une chemise pour homme (1865) et une robe de femme (1865 aussi)

Here are some other pieces of the exhibition I wanted to share: a danser’s cuffs (from 1925), un man’s shirt (1865) and a woman’s dress (1865 too)

IMG_1842 IMG_1863 IMG_1865

Et enfin, cette paire de mocassins d’homme en épines de porc épic si je ne me trompe pas, datant de 1900. J’adore leur couleurs.

And finally, this pair of slippers made out of porcupine if I’m correct, and dating from the beginning of the 1900’s. I just love the colors.

IMG_1872

Pour le reste de l’exposition, il faudra se diriger vers le Musée du Quai Branly, et vite car cette exposition se termine le 20 juillet! De plus, pour les jeunes entre 12 et 25 ans, il y a un tarif réduit à but culturel de 7€. Sinon, l’entrée est de 9€. Ce n’est pas énorme, considérant le fait que cela nous permet d’avoir accès à une exposition interactive, belle, et qui nous fait découvrir quelque chose qui nous est plutôt inconnu.

De plus, tout ça m’inspire beaucoup pour travailler ma broderie!

For the rest of the exhibition, you’ll have to go to the Musée du Quai Branly, and soon because it ends on the 20th of July! Moreover, there is a special tariff for people between the age of 12 and 25 that has a cultural purpose (it’s 7€), as for the normal tariff, it’s 9€. Which is not that much considering the fact that it gives you access to an interactive exhibition, a beautiful one too, and that makes you discover something that is pretty unknown  to us.

And moreover, this inspires me a lot to work on my embroidery skills!

HSF Challenge #17: Yellow

Voilà le caraco enfin fini (et ayant sérieusement besoin de repassage). J’ai cousu les manches à la main et toutes les agrafes dans la voiture alors qu’on était en route pour la soirée. Le point final a été fait 30 minutes avant d’arriver: ouf! Je dois avouer que le jaune fait un peu la Belle & la Bête. Et je ne vais pas m’en plaindre. J’ai ajouté une photo avec le flash pour vous donner une idée du jaune… (Le tissu a sûrement du être stocké quelque part où les couleurs se sont défraichies à cause d’humidité ou de soleil)

Maintenant que je suis libre de faire ce que je veux de ce caraco, je vais coudre les deux rangées de boutons comme j’avais prévu de le faire, essayer de trouver du tissu assez fin pour faire un fichu à croiser devant et nouer dans le dos (si quelqu’un pouvait m’apprendre le nom de ce fichu je suis preneuse!), et je vais accorder le tout avec un jupon court (orné d’un volant froncé) rayé bleu et blanc (en coton si possible)

Here is the jacket finally finished (and seriously needing some ironing). The sleeves are hand-sewn and all the hooks were sown in the car while on our way to the party. The final touch was given 30 minutes before arriving: yes! I have to admit that the yellow looks a lot like the dress in Beauty and the Beast. But I’m not gonna complain. I added a picture with the flash so you could have an idea of what the yellow looks like…  (the fabric seems to have been stocked where the color faded out in places)

Now that I am free to do whatever I want with this jacket, I am going to sew two rows of white buttons on the front as I wanted to in the first place, then try and find a fabric thin enough to make a fichu that crosses on the front and ends up being tied in the back (if someone could tell me the name of that thing I would be very grateful!), and I’m going to pair this with a short petticoat adorned like the yellow dress below. Would love to find some blue/white striped cotton for this!

IMG_1078 IMG_1079 IMG_1080

617a3b4b287c60304387d96f5432ca8b

Ah! Et le meilleur? C’est que le groupe HSF sur facebook a lancé juste au bon moment un challenge #17: Yellow!

Oh! And just at the right time, the HSF group on facebook launched the challenge #17: Yellow!

The Challenge: #17 Yellow

What: A Jacket/Pierrot

Fabric: I have no idea…

Pattern: modified pattern of an 1780’s Anglaise in Janet Arnold’s book

Year: end of the 1780’s or 1790

Notions: polyester thread, yellow fabric (i’ll have to ask someone to know what fabric it is), weird feeling lining, hooks (everything came from my stock)

How historically accurate is it? Maybe 50%. Patterns and fabrics are "accurate". But the thread is polyester, I didn’t sew everything by hand and the lining is made out of suuuuch a weird fabric I don’t even want to know what it is.

Hours to complete: more than 20 hours, it was complicated not having a mannequin or my mom to help me…

First worn: an "89" themed party (hence the Prise de la Bastille/date)

Total cost: zero, nothing, nada, everything was in my stock (yay)

HSF14iconsm

Projet express de révolutionnaire

Il y a deux jours, j’ai appris que la soirée à laquelle je participerais samedi prochain aurait un thème. Ce thème est "89". Comme seulement "89" nous est proposé, j’ai décidé de tenter la prise de la Bastille. Une révolutionnaire inspirée du tableau La Liberté guidant le peuple, de Delacroix principalement pour les couleurs en fait (le jaune, la doublure blanche, le bonnet phrygien, la ceinture rouge et le drapeau):

Two days ago I learned that the party I’ll be attending next saturday would be themed. And that theme was "89". So I decided I would try making a costume inspired by the French Revolution period and the Prise de la Bastille in 1789 (especially by Delacroix’s painting I’ve included right below for the colors of the outfit)

Eugene-Delacroix-

Je vais donc tenter en quelques jours, de faire un pierrot jaune avec une jupe blanche et un bonnet phrygien (je vais tricher un peu et faire une longueur 1950’s pour la jupe, il fera trop chaud et comme c’est une soirée déguisée je ne veux pas trop m’encombrer…) Tous mes tissus étaient dans mon stock, ce dont je suis plutôt contente!

So now I have only a few days to make a yellow jacket with a white petticoat and Phrygian cap (I am going to cheat a little bit with the skirt, it might be very hot and it’s a party so I’m making a 1950’s length skirt). All the fabrics I was to use were in my stock so it was completely free and I’m extremely happy with that.

Le pierrot jaune sera inspiré de plusieurs modèles différents: Pour le dos je pense largement m’inspirer de celui-ci que je trouve particulièrement délicat.

The yellow jacket will be inspired by numerous models I’ve looked at on the internet: for the back I will try to make it look like this one but I’m not sure. It’s extremely delicate and pretty but I might not have enough time to do that.

2

Pour l’avant, je pense faire une anglaise, manches longues, fermée par une rangée de petits boutons en nacre. Pour la jupe, j’ai utilisé deux jupes de promod en dentelle anglaise que j’ai assemblé et que je pourrais réutiliser pour d’autre chose! Voilà le tissu:

I’m gonna make an Anglaise, with mid-length sleeves and a row of small nacre buttons. For the skirt, I used two skirts bought in the store that I put together to have more fabric. As it’s 1950’s length I will be able to use it for something else!

IMG_1774[1]

24.06.2014

IMG_1058

La jupe est terminée!

I finished the skirt!

26.06.2014

image

En suivant le step by step de Melly ici, j’ai enfin bien avancé pour mon caraco. Le voici aux 70% terminé: il ne me reste que l’ourlet sur le col, la fermeture sur le devant, et la finition de la petite "queue de pie" (et la décoration de boutons de nacre dépareillés ahah, si j’ai le temps…).

By following Melly’s step by step (link above) I continued the jacket. Here it is: I just need to make the hem on the neckline, sew the hooks to close the front and finish the back (as I said earlier I would of liked to put buttons, but I think I won’t have time…)

Voilà voilà!