Le Gainsborough

Comme vous avez pu le constater, la mode du 18ème était tout le contraire du chic de Coco Chanel qui eu dit « Avant de sortir, sois sûre d’enlever au moins un accessoire ». Les grandes dames du 18ème siècle faisaient tout le contraire, et cela revenait plutôt à dire « quand on accessoirise, autant mettre deux fois plus que ce qui était prévu ». Heureusement pour nous, costumières, cela veut dire grands chapeaux à plumes, des navires dans la coiffe à la Belle Poule, des chapeaux avec de ornements de fourrure… Durant le 18ème siècle, la chapellerie était un commerce glorieux et moi même adorant les chapeaux, je me retrouve à regretter ce temps où les femmes en portaient à profusion, car vraiment, qui a l’air plus belle qu’une dame au regard mystérieux abritée du soleil par un bord de paille ou de feutrine?

ImageChapeau 1910 porté par Emilie Flöge

Le Gainsborough

Ce fameux chapeau doit son succès à deux figures proéminentes du 18ème siècle, en Angleterre. Le premier est le peintre anglais Thomas Gainsborough, le peintre favori de la famille royale. En 1783, il réalise le portrait de Georgiana, la Duchesse du Devonshire, portant un chapeau qu’elle avait dessiné elle même, et comme toutes les modes qu’elle avait lancé, celle ci eut un succès immense.

ImageGeorginana Cavendish, Thomas Gainsborough

Nommé le “Picture Hat” après que le portrait fut énormément admiré à l’exposition de la Royal Academy, les dames se jetèrent chez les chapeliers, demandant un large chapeau à bord recourbés, de couleur noire et décoré d’un large ruban et une profusion de plumes. Plusieurs tableaux de Gainsborough présentaient ce chapeau, suivant ce portrait, comme les dames appréciaient énormément être représentées avec.

ImageKeira Knightley, The Duchess (2008)

Plus tard, pendant l’époque Victorienne et jusqu’à l’aube de la Première Guerre Mondiale, il continua à grandir en popularité au sein de la mode vestimentaire, cependant, tout en réduisant en taille et festonnement.  Durant les années 1900, le Gainsborough était nommé le « Merry Widow », a nom tiré de la petite opérette par Franz Lhar dans laquelle Hanna, l’héroine, portait une immitation du chapeau original de Georgiana.

ImageLily Elsie, actrice pour « The Merry Widow« , Londres 1907

La raison pour laquelle je me lance dans cet article sur le Gainsborough est car le 25 mai 2014 se déroulera à Vaux-le-Vicomte, la journée Grand Siècle annuelle. J’ai decidé de me faire une front-zone à l’anglaise bleu et crème, avec un gainsborough et je souhaitais avoir de l’information sur ce chapeau, que je trouve, magnifique. J’ai eu la chance de trouver un article sur American Duchess qui est un tuto pour faire le chapeau, ce qui me sera bien utile, je dois dire ! En tout cas, le voilà .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s