How To Be Parisian Wherever You Are, A. Berest, C. de Maigret, S. Mas, A. Diwan

It’s her personality that sparkles and nothing else: the signs of intellectual wealth.

Ecrit par quatre Françaises accomplies, voici « enfin » un résumé authentique de ce qu’est l’essence d’une Parisienne: comment elles s’habillent, comment elles accueillent leurs amis, comment elles s’amusent et comment elles se comportent.

Dans des passages courts et concis, ces Parisiennes nous exposent leurs points de vue originaux sur ce qu’est le style, la beauté, la culture, l’attitude et les hommes. Les auteures, Anne Berest, Audrey Diwan, Caroline de Maigret et Sophie Mas; non mariée mais mères tout de même, sont amies depuis des années. Iconoclastes talentueuses et bohémiennes qui ont des carrières dans l’industrie de la musique, du film, de la mode et de la littérature, elles présentent de manière très franche ce que c’est d’être une Parisienne, tout en passant le bulldozer sur les clichés de la femme française.

Elles dévoilent leurs secrets et leurs défauts, et s’amusent du fait qu’elles soient compliquées en riant de leurs sentiments contradictoires. Elles admettent aussi être snob et imprévisibles mais que l’on peut leur faire confiance.

Ce livre est sorti l’an dernier, et ayant été comparée à l’incarnation de ce livre plus d’une centaine de fois je me suis enfin décidée à le lire. Je considérais que le café-clope de la couverture était un bon début. Mais ça reste un des nombreux cliché que l’on peut compter sur les Parisiens, et français aussi n’oublions pas.

De manière générale, le livre dépeint une femme forte, qui sait ce qu’elle veut mais en même temps non, qui aime la vie mais peut être dépressive, qui adore être mère mais n’est pas modèle… Un peu comme toute femme à vrai dire. Ce n’est pas forcément quelque chose qui est inhérent au fait d’être Parisienne, non non détrompez vous. Je ne suis pas Parisienne de naissance, et je ne suis même pas complètement Française; cependant, Paris vous adopte et cela est même écrit dans le livre dans le chapitre qui admet que les Parisiennes les plus célèbres étaient en réalité étrangères (Joséphine Baker ou Jane Birkin pour en nommer quelques unes…). C’est en réalité une vision drôle et légère de la femme qui nous est donnée par ces auteures. Une femme relatable et naturelle (je me rends compte que ce mot est beaucoup trop utilisé dans cet article…) qui ne se cache pas sous des artifices et ne cherche pas à être ce qu’elle n’est pas. Il faudrait donc prendre exemple sur elles.

Seulement, ça reste quand même un livre écrit par 4 femmes qui ont CARREMENT réussi dans la vie et qui sont plus ou moins surement nées avec une cuillère d’argent dans la bouche (pas en matière d’argent mais en matière de cadeaux donnés par la vie on va dire). Conséquemment, j’ai parfois eu du mal à me retrouver dans ce qu’elles disaient, car leur vie est à des milliers de lieues de la mienne. Et puis même si leurs façon de décrire la Parisienne était drôle et attachante, cela tombait beaucoup, et même des fois trop souvent, dans le cliché béret baguette marinière… Même si on peut nuancer ce propos parce que les stéréotypes sont souvent fondés sur la réalité: oui je mange beaucoup de camembert (j’adore le fromage), oui je bois énormément de vin rouge (raison pour laquelle tous les américains que j’ai rencontré en ont fait mon signe distinctif « you and your wine »), oui je veux une bague de fiançailles qui signifie quelque chose et qui n’a pas de gros diamant ostentatoire (sorry for the three-months salary thing… not cool), oui tous mes bijoux ont une signification précise et les faux achetés à claire’s ou accessorize ne sont que pour sortir le soir…

Comme dans tous livre de ce genre, les chapitres sont écrit de manière à ce que chaque personne se retrouve au moins dans un détail et au final se déclare « parisienne » de bout en bout.

MAIS OUI C’EST TROP MOI.

Sauf que le problème après, c’est qu’on est toutes pareilles, non ? Qu’on ne se différencie aucunement et que dans la piscine Parisienne, le tableau de chasse se résume à une ribambelle de filles toutes plus insipides les unes que les autres ?

En vrai, il ne faut pas se voiler la face, ce livre ne fait que présenter la surface bien superficielle de ce qu’est la Parisienne, la Française, la vraie de vraie. Ce n’est que le début, la première couche de crème. Et non la crème de la crème.

J’ose espérer que toute personne qui a lu ce livre aura pu percevoir cette différence et juste apprécier le livre pour sa légèreté et comment il diffère aussi des essais étrangers en terme de définition de la femme française, cette énigme ambulante mais si magnétique.

« Ennui is your secret garden. And solitude can be a luxury. »

Finalement, le livre vient à en devenir un portrait de la femme la plus épanouie et naturelle que chacune de nous pourrait être. Il faut arrêter de mettre cette étiquette de « Parisienne » seulement sur celle qui habite à Paris. Ce livre montre qu’être Parisienne c’est être cultivée, classe, naturelle, sure d’elle mais en même temps humble, intéressante et capable de renvoyer la balle dans le camp adverse avec brio et dans n’importe quelle situation. Il n’y a pas que les Parisiennes qui savent faire ça.

Plutôt que Parisienne, je dirais même une belle Femme.

Et pour être une belle Femme, cultivez votre originalité, votre goût, votre culture, votre esthétique, et votre simplicité. C’est aussi « simple » que ça.

11225595_10206977396057468_543566639_n

She eats a four-cheese pizza but puts Stevia in her coffee.

L’ironie du sort. Mais tellement vrai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s