Where Rainbows End, Cecilia Ahern (Dir. Christian Ditter)

Where Rainbows End est un roman de Cecilia Ahern publié en 2004. L’histoire, que nous pouvons lire au travers de lettres, emails et messagerie instantanée nous transporte au fil des années en nous contant la relation entre les deux personnages principaux, Rosie Dunne et Alex Stewart. Rosie et Alex sont deux amis d’enfance qui sont soudainement séparés lorsque la famille d’Alex part de Dublin pour s’installer à Boston. Le livre nous montre leur amitié qui change au fil du temps, constamment éprouvée par la distance, les nouvelles rencontres et les concours de circonstances qui ont l’air déterminés à les garder séparés à jamais.

Je n’ai pas grand chose à dire de ce livre à part que:

  1. J’ai envie d’épouser Cecilia Ahern
  2. Ou alors je veux qu’elle me raconte des histoires tous les soirs avant d’aller me coucher
  3. J’aimerai qu’elle me dédicace tous ses livres
  4. J’aimerai que ma vie soit aussi belle que ses histoires

Enfin si, tous ses personnages sont parfaits. Ils sont humains, ils ont des défauts, ils sont comme tout le monde. Je n’ai jamais eu l’impression de lire l’histoire parfaite, ni d’être confrontée à un personnage qui ne pourrait CERTAINEMENT pas exister dans la vraie vie. Ils sont pleins de complexes, têtus, effrontés, perdus, drôles, doux, aimants, gentils, attentionnés, ils ont des valeurs qui font chaud au coeur… Ils sont humains. Et ils sont parfaits. De parfaits compagnons de vacances.

Ce n’est pas le premier livre d’elle que j’ai eu la chance de pouvoir lire et je n’ai pas été déçue, encore une fois ! J’ai parcouru les pages à la vitesse de l’éclair et j’avais le sourire aux lèvres quand j’ai lu la dernière phrase. C’est une jolie histoire d’amour et d’amitié, qui se développe au fil du temps et qui n’est ni redondante ni ennuyeuse bien qu’elle dure (à peu de choses près) 50 ans.

Le film est une jolie adaptation qui certes, joue un peu avec les détails de l’histoire mais qui je pense à réussi à savamment calculer et choisir comment l’interpréter pour qu’elle ne perde pas le spectateur (suis-je la seule à avoir plus de mal à suivre une histoire compliquée sur écran ?) et pour que le film ne traine pas en longueur. Le choix d’acteur était aussi bien, même si je crois qu’il aurait aussi été très intéressant de voir les acteurs vraiment « vieillir ». A la fin du roman Rosie ouvre enfin un B&B, et elle a bientôt la cinquantaine alors que dans le film elle est encore toute fraiche et toute jolie. Mais cela n’empêche pas le fait que j’ai adoré le film et que je le re-regarderais encore plusieurs fois… juste parce que c’est trop mignon.

« Our life is made up of time; our days are measured in hours, our pay measured by those hours, our knowledge is measured by years. We grab a few quick minutes in our busy day to have a coffee break. We rush back to our desks, we watch the clock, we live by appointments. And yet your time eventually runs out and you wonder in your heart of hearts if those seconds, minutes, hours, days, weeks, months, years and decades were being spent the best way they possibly could. In other words, if you could change anything, would you? »

IMG_4469

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s