A Year in the Merde, Stephen Clarke

The French, as we all know, love snails. Escargots.

One of their favorite ways of cooking snails is to put them straight on the barbecue, alive. Before being cooked, the escargots are covered in salt, the equivalent of giving them an acid bath, and they get rid of all their slime trying to protect themselves. Basically, people make the creature shit itself to purge its inside of impurities. Even the French don’t eat snailshit.

A Year in the Merde est un roman humoristique écrit par Stephen Clarke, publié en 2004 sous le pseudonyme de Paul West. Dans les éditions plus récentes on apprend sa véritable identité qui est Stephen Clarke.

Paul West est en fait le narrateur, un Anglais célibataire de 27 ans, recruté par un entrepreneur français pour un CDD de un an à Paris comme chef de groupe lançant une chaine de salons de thé. Le roman raconte des évènements fictifs de cette année là, allant de septembre 2002 à l’été de 2003.

L’histoire se déroule pendant le conflit en Iraq et est centrée sur les différences culturelles qu’il y a entre les Anglais et les Français. Ces différences sont un tant soi peu soulignés par la guerre, surtout à cause des points de vue opposés sur les attaques menées par Blair et Chirac. Le livre souligne aussi l’avis mitigé des français au sujet des habitants de la capitale qui est presque considérée comme un pays étranger.

Majoritairement drôle, ce livre m’a fait passer un très très agréable moment. Plusieurs passages sont de pures pépites de rigolade et capturent bien les clichés qui circulent au sujet des français.

Mais voilà ce qu’est ce livre: un grand amas de clichés moyennement vrais. Certes, les parisiens sont souvent grincheux, hautains, un peu trop nympho mais de là à regrouper tous ces traits là dans un seul roman. Il y a la noire Marie qui a considéré Paul comme son projet pour lui apprendre à faire l’amour, l’américain Jake qui est poète à ses heures perdues et cherche à écrire sur ses aventures avec des femmes du monde entier, des féministes suant la misandrie, le boss trop con, les autres personnes de son groupe au bureau qui ne savent pas aligner deux mots d’anglais correctement, la petite amie trop hype fille de photographe avec un appart magnifique…

Bref voilà. Il est vraiment très sympathique à lire, très amusant et puis c’est plutôt agréablement écrit mais il ne faut pas le prendre au bas mot. C’est un peu comme le livre de Caroline de Maigret et ses autres amies parisiennes, How to be a French woman wherever you are, c’est les clichés auxquels qu’on croit mais qui ne sont pas vraiment vrais de manière générale. Juste dans les livres et les films et la tête des gens qui n’essayent pas de voir plus loin que le bout de leur nez.

Après, j’ai vécu à Paris et je suis sûre qu’on pourrait me dire « non mais tu dis ça parce que tu t’es fondue dans la masse quand tu étais là bas » ! Seulement, j’ai quitté Paris il y a deux ans et maintenant, il m’est possible de prendre (au moins un peu) de recul…12467826_10208685186191154_417680805_n

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s