The Huntsman: Winter’s War, Dir. Cedric Nicolas-Troyan

We blind ourselves to the truth because we are weak, because we hope. But there’s no hope for love. Love ends in betrayal. Aye and always.

The Huntsman: Winter’s War est un film réalisé par Cedric Nicolas-Troyan sorti en 2016. Il est basé sur le conte de Blanche Neige écrit par les frères Grimm mais aussi celui de la Reine des Glaces de Hans Christian Andersen. Etant à la fois un prequel et un sequel de Snow White and the Huntsman (2012) il raconte principalement la vie de Freya, la soeur de Ravenna ainsi que la vie de deux Huntsmen: Sara et Eric.

Honnêtement, je ne peux en aucun cas vous convaincre que l’intérêt du film car il reste un film gros budget de Disney, destiné à une grande audience et a amener beaucoup d’argent aux studios. L’histoire en elle même est banale, il y a de la traitrise, de l’amour, une dispute entre soeur, la quête de pouvoir… Un peu tous les ingrédients que l’on peut trouver dans un film d’heroic fantasy avec de la magie et des batailles.

En soit, j’ai adoré. Mais dès qu’il est question de contes, de fantasy, de reines, de princesses et de magie, je suis preneuse. Au fond, je reste une petite fille qui dès qu’elle voit apparaître à l’écran le froufrou d’une grande robe, ou les cheveux élégamment tressés d’une sorcière magnifique ornés d’une majestueuse couronne, je ne peux m’empêcher d’avoir les yeux qui pétillent et le corps qui frétille d’impatience. C’est plus fort que moi.

Après avoir dit deux mots sur l’histoire je vais parler du réel intérêt du film, ce qui m’enchante encore plus: les costumes et le travail accordé à l’esthétique du film. Rien à redire, c’est du travail d’artiste. J’avais déjà été comblée par les costumes du premier film mais à nouveau, Coleen Atwood nous offre quelque chose d’exceptionnel, très travaillé et magnifiquement mis en valeur. Jouant sur deux palettes différentes: le doré et l’argent. Elle a su créer deux univers complètement différents pour chaque soeur. Alors que Ravenna se trouve avec des robes qui peuvent être entièrement dorées, sa soeur Freya, plus discrète et plus fragile, ne porte que des touches d’argenté accompagnées de gris et de blanc, tout en harmonie avec son pouvoir.

Ni perle du cinéma, ni gros navet, ce film nous laisse quand même avec le sentiment d’avoir passé un bon moment. Ceci dit, seulement si on sait apprécier un film pour ses points forts et non pour la totalité, ce qui n’est pas souvent le cas…

Huntsman_Clip_FreyaConfronts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s